La Chine avance à pas de géant dans la mise en place du plus grand projet économico-géostratégique de l’histoire de l’humanité, qu’elle a prénommée BRI (Belt and Road Initiative) ou encore la ”Ceinture et la Route”.

C’est un redimensionnement gigantesque de son ancienne “Route de la Soie”, qui traverse aujourd’hui déjà, plus de 55 pays et en vise près de 70 qui détiennent plus de 60% du PIB mondial.

Elle a réalisé, financé et raccordé pour ce faire, en un temps record, des milliers de kms d’autoroutes, de TGV et de voies maritimes idoines, sur l’ensemble des “passants” retenus. Ce qui lui a permis de s’infiltrer dans l’Asie Centrale et de se rapprocher temporellement de l’Europe, de l’Afrique et de l’Amérique Latine.

Bien plus, et grâce à sa BRI, la Chine est en train de changer le fondement même du Commerce International en convertissant les distances entre les marchés, en distances temporelles au lieu de distances spatiales. À défaut de pouvoir changer l’espace, elle est finalement parvenue à changer le temps.

Un indicateur et non des moindres, pour apprécier un brun de cet exploit chinois : ses conteneurs mettent aujourd’hui 12 jours pour parvenir chez leurs destinataires les plus reculés en Europe Occidentale, en traversant les autoroutes, aérogares et ports iraniens, turques, polonais, au lieu des 50 jours de traversées maritimes auparavant.

La BRI s’implante également dans une Afrique qui a grandement besoin de produits chinois, ainsi que de très gros investissements chinois pour ses grands projets structurants, dont les infrastructures, les Télécom, l’exploitation des sols et sous-sols…etc.

Il suffit de survoler les cartes de l’Afrique : sols, nappes phréatiques et sous-sols, mais également, les graphiques du boom démographique en cours dans ce continent qui comptera 2,5 milliards d’âmes en 2050 et près de 5 milliards en 2100, pour comprendre le sens du vent du futur et de … la Chine.

Notre pays qui confirme aujourd’hui par la signature de cet Accord, sa pleine ouverture sur l’ensemble des grands pôles économiques du monde, ne sera assurément pas qu’un simple “passant” pour la “Ceinture” chinoise.

Il mettra d’abord à profit les infrastructures portuaires, autoroutières et ferroviaires de la “Ceinture” pour développer ses propres exportations sur l’Afrique, l’Europe, l’Asie et l’Amérique Latine, vers des marchés qui lui étaient jusqu’à présent, inaccessibles et/ou lointains.

De même qu’il jouera le rôle déterminant de HUB des flux de marchandises et de capitaux chinois notamment, pour l’Afrique, et de partenaire crédible, expérimenté, connu et reconnu en Afrique et en Europe. Sans compter toutes les opportunités d’échanges, de transferts de technologies, d’investissements directs avec la Chine pour notre propre économie.

Un formidable Accord si on saura en saisir toutes les opportunités qu’il nous offre. Au travail.

Najib Mikou
Consultant Prospective et Etudes Stratégiques