Najib Mikou

Le Maroc sous l’égide clairvoyante et visionnaire du Souverain, passe à partir de cette année, non pas à la vitesse quantitative supérieure, mais à la transformation qualitative majeure. Il passe du saut arithmétique au géométrique.

Jamais dans l’histoire de notre pays, il n’y a eu autant de circonstances, de concordances, de convergence, de consonance pour créer et écrire ensemble le destin exceptionnel qu’ils nous prédisent.

De 2024 à 2030, nous sommes appelés à réaliser des projets qui ciblent d’une façon directe, qualitative et concomitante, le développement humain et le développement du pays, dans leurs dimensions systémiques :

• sur le plan du développement humain, il s’agira de l’Etat social dans ses volets couverture maladie et revenu direct, de la rénovation de la Moudawana, de la réforme de la Santé et de l’Enseignement, de l’aide directe au logement, de la réforme de l’impôt sur le revenu au profit de la classe moyenne, et de la revitalisation des ressources et du réaménagement des territoires sinistrés par le séisme ;

• et sur le plan du développement du pays, il s’agira de la nouvelle Charte d’Investissement, des infrastructures autoroutières, portuaires, aéroportuaires et énergétiques, des autoroutes et Centrales hydriques, des infrastructures sportives pour la Coupe d’Afrique 2025 et la Coupe du Monde 2030, ainsi que des hôtels, des hôpitaux, des lignes ferroviaires TGV et conventionnelles, additionnels que ces deux événements vont induire.

Pour ce faire, le Maroc investira en ces sept années, le double de son PIB, soit au moins 3000 milliards de dhs, sans compter tous les investissements privés additionnels qui foisonnent déjà des quatre coins du monde, dont les Émirats Arabes Unis, les États-Unis, l’Allemagne, la Grande Bretagne, la Chine, la Russie, l’Arabie Saoudite, l’Espagne…etc.

En sept années seulement, le Maroc va se donner tous les moyens de sa révolution-métamorphose économique et sociale telle que voulue et portée par Son Souverain.

Nos managers dans tous les compartiments de la responsabilité et de l’action, sont appelés à se dépasser, afin de reproduire sous le pilotage du Souverain, l’élan et les exploits exceptionnels successifs des quatre années précédentes, qui ont forcé l’éblouissement et le respect du monde entier.

Nos opérateurs économiques quant à eux, sont interpellés pour que les projets programmés bénéficient à nos entreprises de toutes tailles, à notre Economie, au plein emploi de nos forces vives, à une croissance économique forte et durable, et à notre développement.

Le nécessaire alignement entre ce que nous pensons, ce que nous disons et ce que nous faisons, est de nature à renforcer notre crédibilité collective, à faire régner la confiance entre tous les intervenants, à raviver l’enthousiasme populaire et à renforcer nos chances d’y parvenir dans les temps et avec la qualité requise.